PsyResearch
ψ   Psychology Research on the Web   



Couples needed for online psychology research


Help us grow:




Canadian Journal of Experimental Psychology/Revue canadienne de psychologie expérimentale - Vol 71, Iss 1

Random Abstract
Quick Journal Finder:
Canadian Journal of Experimental Psychology The Canadian Psychological Association is partnering with the American Psychological Association to publish Canadian Journal of Experimental Psychology. In each issue, subscribers receive original research papers that advance the understating of the broad field of experimental psychology.
Copyright 2017 American Psychological Association
  • CJEP will offer open science badges.
    This editorial announces the decision of the Canadian Journal of Experimental Psychology (CJEP) to offer Open Science Framework (OSF) Badges. The Centre for Open Science provides tools to facilitate open science practices. These include the OSF badges. The badges acknowledge papers that meet standards for openness of data, methods, or research process. They are now described in the CJEP Submission Guidelines, and are provided in the editorial. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Reading homophone puns: Evidence from eye tracking.
    We investigated how readers make sense of homophone puns (e.g., The butcher was very glad we could meat up) by tracking their eye movements as they read. Comparison sentences included homophone-error sentences in which the presented homophone was also not correct (e.g., The lawyer was very glad we could meat up) and sentences in which the homophone was correct for the context (e.g., The butcher was very glad to chop meat up for the stew). An effect of the frequency of the unpresented homophone mate (e.g., meet) was found on first-pass reading times for homophones, indicating that participants activated the meaning of the homophone mate through shared phonology. First-fixation and gaze durations on the homophones were longer in puns than in correct-context sentences, indicating that participants immediately noticed that the homophone was incongruous with the adjacent context (e.g., glad we could meat) in puns, but total reading times did not differ, suggesting that the incongruity was quickly resolved. Immediate reading times on homophone in puns and homophone-error sentences did not differ, but total reading times did, suggesting that the impact of the critical context word (e.g., butcher) is delayed. Further analyses examined the resolution process in more detail. Ratings of the funniness of the puns were most strongly related to the strength of the association between the homophone and the critical context word (e.g., butcher). (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Nous avons cherché à savoir comment un lecteur arrive à comprendre les homophones comportant un jeu de mots (par ex. dans la phrase anglaise suivante : The butcher was very glad we could meat up) en suivant leurs mouvements oculaires pendant la lecture. (Le jeu de mots de se trouve dans le mot meat qui signifie « viande », son homophone correspondant étant le mot meet qui signifie « se rencontrer ». Les énoncés à comparer incluaient des phrases parmi lesquelles l’homophone présenté était incorrect (par ex., The lawyer was very glad we could meat up) et des phrases parmi lesquelles l’homophone était correct par rapport au contexte (par ex., The butcher was very glad to chop meat up for the stew – traduction : « Le boucher était heureux de couper la viande en vue de la préparation du ragoût »). Un effet de la fréquence de l’homophone correspondant non présenté (par ex., meet) a été aperçu au niveau du taux de lecture des homophones, indiquant que les participants avaient activé le sens de l’homophone correspondant par phonologie partagée. La durée du premier regard/fixation sur les homophones était plus longue en présence de jeu de mots que dans les phrases comportant l’homophone correct, indiquant que les participants constataient immédiatement que l’homophone ne concordait pas avec le contexte (par ex. glad we could meat) dans le cas des jeux de mots; cependant, le temps de lecture total ne différait pas, suggérant que la discordance était rapidement résolue. Les temps de lecture immédiats d’homophones faisant partie de jeux de mots ou de phrases comportant un homophone incorrect ne différaient pas alors que le temps de lecture de lecture total différait, suggérant que l’impact du mot-contexte critique (par ex., butcher) serait tardif. Des analyses plus poussées ont examiné le processus de résolution de manière plus détaillée. Les évaluations du degré d’humour des jeux de mots étaient le plus fortement liées à la force de l’association entre l’homophone et le mot-contexte critique (par., butcher). (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • The automatic visual simulation of words: A memory reactivated mask slows down conceptual access.
    How do we represent the meaning of words? The present study assesses whether access to conceptual knowledge requires the reenactment of the sensory components of a concept. The reenactment—that is, simulation—was tested in a word categorisation task using an innovative masking paradigm. We hypothesised that a meaningless reactivated visual mask should interfere with the simulation of the visual dimension of concrete words. This assumption was tested in a paradigm in which participants were not aware of the link between the visual mask and the words to be processed. In the first phase, participants created a tone–visual mask or tone–control stimulus association. In the test phase, they categorised words that were presented with 1 of the tones. Results showed that words were processed more slowly when they were presented with the reactivated mask. This interference effect was only correlated with and explained by the value of the visual perceptual strength of the words (i.e., our experience with the visual dimensions associated with concepts) and not with other characteristics. We interpret these findings in terms of word access, which may involve the simulation of sensory features associated with the concept, even if participants were not explicitly required to access visual properties. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Comment nous représentons-nous le sens des mots? La présente étude évalue si l’accès aux connaissances conceptuelles requiert la reconstitution des éléments sensoriels d’un concept. La reconstitution, c’est-à-dire la simulation, a été testée dans le cadre d’une tâche de catégorisation des mots au moyen d’un paradigme de masquage novateur. Nous avons émis l’hypothèse qu’un masque visuel réactivé superflu pourrait interférer avec la simulation de la dimension visuelle de mots concrets. Cette hypothèse a été vérifiée au moyen d’un paradigme dans le cadre duquel les participants n’étaient pas conscients du lien qui existait entre le masque visuel et les mots à traiter. Lors de la première phase, les participaient faisaient une association ton - masque visuel ou ton - contrôle du stimulus. Lors de la phase-test, ils ont catégorisé des mots qui étaient présentés avec l’un des deux tons. Les résultats ont montré que les mots étaient traités plus lentement lorsqu’ils étaient présentés avec le masque réactivé. Cet effet d’interférence a uniquement pu être corrélé avec et expliqué par la valeur de la force de perception visuelle des mots (c’est-à-dire notre expérience avec les dimensions visuelles associées aux concepts) et non avec les autres caractéristiques. Nous interprétons ces résultats en termes d’accès aux mots, lesquels peuvent impliquer la simulation de fonctions sensorielles associées au concept, même si les participants n’étaient pas tenus d’accéder aux propriétés visuelles. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • The effect of lexical factors on recall from working memory: Generalizing the neighborhood size effect.
    The word-length effect, the finding that lists of short words are better recalled than lists of long words, is 1 of the 4 benchmark phenomena that guided development of the phonological loop component of working memory. However, previous work has noted a confound in word-length studies: The short words used had more orthographic neighbors (valid words that can be made by changing a single letter in the target word) than long words. The confound is that words with more neighbors are better recalled than otherwise comparable words with fewer neighbors. Two experiments are reported that address criticisms of the neighborhood-size account of the word-length effect by (1) testing 2 new stimulus sets, (2) using open rather than closed pools of words, and (3) using stimuli from a language other than English. In both experiments, words from large neighborhoods were better recalled than words from small neighborhoods. The results add to the growing number of studies demonstrating the substantial contribution of long-term memory to what have traditionally been identified as working memory tasks. The data are more easily explained by models incorporating the concept of redintegration rather than by frameworks such as the phonological loop that posit decay offset by rehearsal. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);L’effet de la longueur du mot, à savoir qu’on se souvient mieux des listes de mots courts que des listes de mots longs, est l’un des quatre phénomènes de référence qui ont guidé le développement de la composante de la boucle phonologique de la mémoire de travail. Toutefois, des travaux antérieurs avaient noté un autre élément dans les études sur la longueur des mots : comparativement aux mots les plus longs, les mots courts utilisés avaient davantage de voisins orthographiques (mots valides qui sont créés en changeant une seule lettre du mot cible). Le facteur de confusion est que les mots ayant le plus grand nombre de voisins sont plus facilement retenus que d’autres mots comparables en ayant peu. Deux expériences examinent les critiques concernant la densité du voisinage orthographique sur l’effet de la longueur du mot : 1) en testant deux nouveaux ensembles de stimuli; 2) en utilisant des groupes de mots ouverts plutôt que fermés; 3) en utilisant des stimuli dans une langue autre que l’anglais. Dans les deux expériences, les sujets se sont mieux rappelé les mots au voisinage de grande densité que les mots possédant peu de voisins orthographiques. Ces résultats s’ajoutent au nombre croissant d’études révélant la contribution importante de la mémoire à long terme dans des tâches qui ont été traditionnellement imputées à la mémoire de travail. Les données s’expliquent plus facilement par des modèles intégrant le concept de rédintégration plutôt que par des cadres, tels que la boucle phonologique, qui attribuent une diminution de l’oubli à la répétition. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Training perceptual experts: Feedback, labels, and contrasts.
    Are strategies for learning in education effective for learning in applied visual domains, such as fingerprint identification? We compare the effect of practice with immediate corrective feedback (feedback training), generating labels for features of matching and mismatching fingerprints (labels training), and contrasting matching and mismatching fingerprints (contrast training). We benchmark these strategies against a baseline of regular practice discriminating fingerprints. We found that all 3 training protocols—feedback, labels, and contrasts—resulted in a significantly greater ability to discriminate new pairs of prints (independent of response bias) than the baseline training protocol. We also found that feedback and labels training produced significantly lower rates of bias (i.e., learners in these groups were less likely to overcall matches) compared with baseline training. Our results demonstrate 3 different ways to boost expertise with matching prints, and have direct application to training perceptual expertise. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les stratégies d’apprentissage utilisées en éducation sont-elles aussi efficaces pour l’apprentissage de domaines visuels appliqués, comme l’identification d’empreintes digitales? Nous évaluons l’effet de la pratique par rapport à la rétroaction corrective immédiate (formation sur la rétroaction), à la génération d’étiquettes relatives à des caractéristiques d’empreintes digitales appariées et non appariées (formation sur l’étiquetage) et à la comparaison entre des empreintes digitales appariées et non appariées (formation sur la comparaison). Nous comparons ces stratégies à des pratiques régulières de discrimination d’empreintes digitales. Nous avons constaté que les trois protocoles de formation – rétroaction, étiquettes et comparaison – ont entraîné une plus grande habileté à discriminer les nouvelles paires d’empreintes (indépendamment du biais méthodologique) par rapport au protocole de formation de base. Nous avons également constaté que les formations basées sur la rétroaction et sur les étiquetage produisaient des taux de biais considérablement inférieurs (par ex., les apprenants de ces groupes étaient moins susceptibles de manquer les paires appariées) par rapport aux formations de base. Nos résultats présentent trois différentes façons de renforcer l’expertise en matière d’appariement d’empreintes digitales et ont une application directe sur la formation de l’expertise perceptuelle. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Conflicting effects of context in change detection and visual search: A dual process account.
    Congruent contexts often facilitate performance in visual search and categorisation tasks using natural scenes. A congruent context is thought to contain predictive information about the types of objects likely to be encountered, as well as their location. However, in change detection tasks, changes embedded in congruent contexts often produce impaired performance relative to incongruent contexts. Using a stimulus set controlled for object perceptual salience, we compare performance across change detection and visual search tasks, as well as a hybrid of these 2 tasks. The results support a dual process account with opposing influences of context congruency on change detection and object identification processes, which contribute differentially to performance in visual search and change detection tasks. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les contextes congruents facilitent souvent le rendement dans le cadre de tâches de recherche visuelle et de catégorisation au moyen de scènes naturelles. On croit que le contexte congruent contient de l’information prédictive au sujet des types d’objets qu’on peut probablement y rencontrer ainsi que leur emplacement. Toutefois, dans les tâches de détection de changements, les changements imbriqués dans des contextes congruents ont souvent donné lieu à des rendements déficients comparativement à des contextes non congruents. Au moyen d’un ensemble de stimuli, où la prégnance visuelle des objets a été contrôlée, on a comparé le rendement au cours de tâches de détection de changements et de recherche visuelle ainsi qu’au cours d’une tâche hybride de ces deux types. Les résultats soutiennent la notion d’un double processus dans le cadre duquel la congruence du contexte a des influences divergentes sur les processus de détection du changement et d’identification des objets, lequel contribue de manière différente au rendement dans le cadre de tâches de recherche visuelle et de détection de changements. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Time-out for conflict monitoring theory: Preventing rhythmic biases eliminates the list-level proportion congruent effect.
    The proportion congruent (PC) effect is the observation that congruency effects are smaller when most trials are incongruent rather than congruent. The list-level PC (LLPC) effect is the finding that a PC effect can transfer from biased inducer items to unbiased diagnostic items. Such effects are generally interpreted as resulting from conflict monitoring and attentional adaptation. An alternative view proposes that PC effects result from simple learning biases unrelated to conflict. The temporal learning account proposes that LLPC effects stem from a different task rhythm in the mostly congruent and mostly incongruent conditions. Two prime-probe experiments provide a critical test of this notion. In both, half of the participants were forced to withhold responding for a short period of time on inducer trials. This equates the task rhythm in the mostly congruent and mostly incongruent lists, while still maintaining differing levels of conflict. Consistent with the temporal learning account, but inconsistent with the conflict monitoring account, the LLPC effect was eliminated when rhythms were equated. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);L’effet de congruence par proportion (PC) est l’observation du fait que les effets de congruence sont plus faibles lorsque les essais sont majoritairement incongrus que lorsqu’ils sont majoritairement congruents. L’effet PC de niveau de liste (LLPC) est le constat qu’un effet PC peut être transféré d’items déclencheurs biaisés à des items de diagnostic non biaisés. Ces effets sont généralement interprétés comme le résultat de contrôle des conflits et d’adaptation attentionnelle. Une autre thèse suggère que les effets PC résultent de simples biais d’apprentissage aucunement reliés aux conflits. Le postulat de l’apprentissage temporel propose que les effets LLPC découlent d’un rythme de tâche différent dans les conditions majoritairement congruentes et les conditions majoritairement incongrues. Deux types d’expérience distraction-cible fournissent un test déterminant de cette notion. Dans les deux cas, la moitié des participants ont été obligés de retenir leurs réponses pendant un court laps de temps lors d’essais déclencheurs. Cela correspond au rythme de tâche que l’on retrouve dans les listes majoritairement congruentes et majoritairement incongrues, même avec différents niveaux de conflit. Compatible avec le postulat de l’apprentissage temporal mais non-compatible avec celui du contrôle des conflits, l’effet LLPC a été éliminé lorsque les rythmes y étaient associés. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Using the locus-of-slack logic to determine whether inhibition of return in a cue–target paradigm is delaying early or late stages of processing.
    Inhibition of return (IOR) is a phenomenon characterized by slower responses to targets at cued locations relative to those at uncued locations. Based on the results of previous research, it has been suggested that IOR affects a process at the input end of the processing continuum when it is generated while the reflexive oculomotor system is suppressed (cf. Satel, Hilchey, Wang, Story, & Klein, 2013). To test this theory, we employed a modified psychological refractory period paradigm designed to elicit input IOR with visual stimuli, allowing us to use the locus-of-slack logic to determine whether an early or late stage of processing was inhibited by IOR. On each trial a visual cue was presented, followed by an auditory target (T1) and visual target (T2) separated by a target–target onset asynchrony (TTOA) of varying lengths (200 ms, 400 ms, or 800 ms). Participants (31 young adults) were instructed to ignore the cue and respond to the targets as quickly and accurately as possible. Eye tracking was used to ensure that participants actively suppressed eye movements during trials. As predicted, the inhibitory effect of the cue was observed at the longest TTOA but not when TTOAs were short, supporting our hypothesis that, when generated while the reflexive oculomotor system is suppressed, IOR affects processing before response selection. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);L’inhibition de retour (IOR) est le phénomène selon lequel les réponses à des cibles seraient plus lentes lorsque ces dernières se trouvent dans des localisations indicées par rapport à des localisations non-indicées. D’après les résultats de recherches antérieures, il a été suggéré que l’IOR affecte un processus à l’entrée du continuum de traitement lorsque ce dernier est généré alors que le système de réflexe oculomoteur est supprimé (cf. Satel, Hilchey, Wang, Story, & Klein, 2013). Pour valider cette théorie, nous avons employé une version modifiée du paradigme de période réfractaire psychologique conçu pour susciter des IOR avec stimuli visuels, nous permettant d’utiliser la logique locus-of-slack afin de déterminer si soit un stade précoce ou avancé du traitement a été inhibé par l’IOR. Lors de chaque essai, un signal visuel était présenté suivi d’une cible auditive (T1) et d’une cible visuelle (T2), tous séparés par une asynchronie de début cible-cible (TTOA) de longueur variable (200 ms, 400 ms ou 800 ms). Les participants (31 jeunes adultes) ont reçu comme instruction d’ignorer le signal et de réagir aux cibles aussi rapidement et précisément que possible. Un oculomètre a été employé afin de s’assurer que les participants supprimaient activement les déplacements oculaires pendant les essais. Comme prévu, l’effet inhibiteur de l’indice a été observé pendant la TTOA la plus longue mais pas lors des TTOA courts, appuyant notre hypothèse selon laquelle, quand l’IOR est généré en simultané avec la suppression du système de réflexe oculomoteur, l’IOR affecte le traitement avant la sélection de réponse. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Sliding into happiness: A new tool for measuring affective responses to words.
    Reliable measurement of affective responses is critical for research into human emotion. Affective evaluation of words is most commonly gauged on multiple dimensions—including valence (positivity) and arousal—using a rating scale. Despite its popularity, this scale is open to criticism: It generates ordinal data that is often misinterpreted as interval, it does not provide the fine resolution that is essential by recent theoretical accounts of emotion, and its extremes may not be properly calibrated. In 5 experiments, the authors introduce a new slider tool for affective evaluation of words on a continuous, well-calibrated and high-resolution scale. In Experiment 1, participants were shown a word and asked to move a manikin representing themselves closer to or farther away from the word. The manikin’s distance from the word strongly correlated with the word’s valence. In Experiment 2, individual differences in shyness and sociability elicited reliable differences in distance from the words. Experiment 3 validated the results of Experiments 1 and 2 using a demographically more diverse population of responders. Finally, Experiment 4 (along with Experiment 2) suggested that task demand is not a potential cause for scale recalibration. In Experiment 5, men and women placed a manikin closer or farther from words that showed sex differences in valence, highlighting the sensitivity of this measure to group differences. These findings shed a new light on interactions among affect, language, and individual differences, and demonstrate the utility of a new tool for measuring word affect. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);La fiabilité de mesure des réponses affectives est essentielle à la recherche des émotions humaines. L’évaluation affective des mots est généralement mesurée à travers multiples dimensions – y compris la valence (positivité) et l’excitation – au moyen d’une échelle d’évaluation. Malgré sa popularité, cette échelle est critiquée pour les raisons suivantes : Elle génère des données ordinales qui sont souvent interprétées comme des intervalles; elle ne fournit pas la résolution requise par les récents postulats théoriques de l’émotion; et ses extrêmes sont possiblement mal calibrées. À travers cinq expériences, les auteurs présentent un nouveau curseur pour l’évaluation affective des mots sur une échelle continue, bien calibrée et à haute résolution. Dans l’expérience 1, un mot est présenté aux participants puis, l’on demande à ces derniers de déplacer un mannequin les représentant, plus près ou plus loin du mot. La distance du mannequin par rapport au mot était en forte corrélation avec la valence du mot. Dans l’expérience 2, les différences individuelles au niveau de la timidité et de la sociabilité ont entraîné des différences fiables quant à la distance par rapport aux mots. L’expérience 3 a validé les résultats des expériences 1 et 2 en utilisant un échantillon de répondants plus diversifié sur le plan démographique. Finalement, l’expérience 4 (similairement à l’expérience 2) suggérait que la demande liée à la tâche n’était pas un motif potentiel de recalibration de l’échelle. Dans l’expérience 5, les hommes et les femmes plaçaient le mannequin plus près ou plus loin des mots qui affichaient des différences sexuelles en termes de valence, mettant en évidence la sensibilité de cette mesure par rapport aux différences de groupe. Ces constats apportent une nouvelle perspective sur les interactions en termes d’affect, de langue et de différences individuelles et démontrent l’utilité d’un nouvel outil pour mesurer l’affect des mots. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source



Back to top


Back to top