PsyResearch
ψ   Psychology Research on the Web   



Couples needed for online psychology research


Help us grow:




Canadian Journal of Experimental Psychology/Revue canadienne de psychologie expérimentale - Vol 71, Iss 2

Random Abstract
Quick Journal Finder:
Canadian Journal of Experimental Psychology The Canadian Psychological Association is partnering with the American Psychological Association to publish Canadian Journal of Experimental Psychology. In each issue, subscribers receive original research papers that advance the understating of the broad field of experimental psychology.
Copyright 2017 American Psychological Association
  • Everyday attention.
    Understanding the basic mechanisms underlying attentional function using naturalistic stimuli, tasks, and/or settings is the focus of everyday attention research. Interest in everyday approaches to attention research has increased recently—arguably riding a more general wave of support for such considerations in experimental psychology. This special issue of the Canadian Journal of Experimental Psychology attempts to capture the emerging enthusiasm for studying everyday attention by bringing together work from a wide array of attentional domains (e.g., visual attention, dual tasking, search, mind wandering, social attention) that are representative of this general approach. The 14 contributions to the special issue highlight the breadth of topics addressed in this research, the methodological creativity required to carry it out, and the promise of everyday attention for understanding the basic mechanisms underlying attentional function. This introduction will summarise the everyday attention approach as represented in the contributions to the special issue. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • The smartphone and the driver’s cognitive workload: A comparison of Apple, Google, and Microsoft’s intelligent personal assistants.
    The goal of this research was to examine the impact of voice-based interactions using 3 different intelligent personal assistants (Apple’s Siri, Google’s Google Now for Android phones, and Microsoft’s Cortana) on the cognitive workload of the driver. In 2 experiments using an instrumented vehicle on suburban roadways, we measured the cognitive workload of drivers when they used the voice-based features of each smartphone to place a call, select music, or send text messages. Cognitive workload was derived from primary task performance through video analysis, secondary-task performance using the Detection Response Task (DRT), and subjective mental workload. We found that workload was significantly higher than that measured in the single-task drive. There were also systematic differences between the smartphones: The Google system placed lower cognitive demands on the driver than the Apple and Microsoft systems, which did not differ. Video analysis revealed that the difference in mental workload between the smartphones was associated with the number of system errors, the time to complete an action, and the complexity and intuitiveness of the devices. Finally, surprisingly high levels of cognitive workload were observed when drivers were interacting with the devices: “on-task” workload measures did not systematically differ from that associated with a mentally demanding Operation Span (OSPAN) task. The analysis also found residual costs associated using each of the smartphones that took a significant time to dissipate. The data suggest that caution is warranted in the use of smartphone voice-based technology in the vehicle because of the high levels of cognitive workload associated with these interactions. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Le but de cette recherche consistait à examiner, au moyen de trois différents assistants personnels (Siri de Apple, Google Now de Google pour téléphone Androïde et Cortana de Microsoft), l’impact d’interactions vocales sur la charge de travail cognitive du conducteur. À l’aide de deux expériences employant un véhicule instrumenté sur des routes de banlieue, nous avons mesuré la charge de travail cognitive de conducteurs alors qu’ils utilisaient les fonctionnalités vocales de chacun des téléphones intelligents pour effectuer un appel, sélectionner de la musique ou envoyer un message texte. La charge de travail cognitive a pu être déterminée après évaluation de la performance de la tâche principale par analyse-vidéo, de la performance de la tâche secondaire par tâche de détection-réponse (DRT) puis, de la charge de travail mentale subjective. Nous avons constaté que la charge de travail y était nettement plus élevée que celle associée à la tâche simple de conduire. Il y avait aussi des différences systématiques entre les téléphones intelligents. Le système Google était moins demandant cognitivement sur le conducteur que les systèmes Apple et Microsoft, lesquels avaient le même effet. L’analyse vidéo a montré que la différence au niveau de la charge de travail mentale entre téléphones intelligents était associée au nombre d’erreurs de système, à la durée de temps requise pour mener à bien une action et à la complexité et à l’intuitivité des appareils. Finalement, des niveaux étonnamment élevés de charge de travail cognitive ont été observés lorsque les conducteurs étaient en interaction avec leurs appareils : Les mesures de la charge de travail associée à la concentration sur une tâche ne différaient pas systématiquement de celles associées à une tâche (OSPAN) exigeante sur le plan mental. L’analyse a aussi révélé la présence de coûts résiduels associée à l’utilisation de chacun des téléphones intelligents, lesquels ont pris un temps considérable pour se dissiper. Les données suggèrent que la prudence est de mise en ce qui a trait à l’utilisation de technologie vocale sur téléphone intelligent dans un véhicule étant donné les niveaux élevés de la charge de travail cognitive associée à ces interactions. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Talking is harder than listening: The time course of dual-task costs during naturalistic conversation.
    Many studies have shown that the cognitive demands of language use are a substantial cause of central dual-task costs, including costs on concurrent driving performance. More recently, several studies have considered whether language production or comprehension is inherently more difficult with respect to costs on concurrent performance, with mixed results. This assessment is particularly difficult given the open question of how one should best equate and compare production and comprehension demands and performance. The present study used 2 very different approaches to address this question. Experiment 1 assessed manual tracking performance concurrently with a conventional labouratory task, comparing dual-task costs with comprehension and verification versus production of category items. Experiment 2 adopted an extreme ecological and functional approach to this question by assessing dual-task manual tracking costs concurrent with continuous, naturalistic, 2-way conversation, allowing event-related analysis of continuous tracking relative to onsets and offsets of natural production and comprehension events. Over both experiments, tracking performance was worse with concurrent production versus comprehension demands. We suggest that by at least 1 important functional metric—performance in natural, everyday conversation—talking is indeed harder than listening. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);De nombreuses études ont montré que les demandes cognitives associées à l’utilisation du langage sont une cause notable de coûts double-tâche centraux, y compris les coûts sur la performance de conduite concourante. Plus récemment, diverses études ont cherché à savoir si la production ou la compréhension du langage était en soi plus difficile par rapport aux coûts de performance concourante; les résultats étaient mitigés. Cette évaluation s’avère particulièrement difficile compte tenu de la question ouverte cherchant à savoir comment l’on pourrait assimiler et comparer les demandes de production et de compréhension avec la performance. La présente étude a employé deux approches très différentes pour aborder cette question. L’expérience 1 a évalué le monitorage manuel de performance en parallèle avec une tâche de laboratoire conventionnelle, comparant les coûts double-tâche associés à la compréhension et à la vérification avec la production d’items de catégorie. L’expérience 2 a utilisé une approche extrêmement écologique et fonctionnelle à cette question en évaluant les coûts de monitorage manuel de double-tâches concourant avec une conversation à deux sens, continue et naturaliste, permettant une analyse d’événements de monitorage en continu par rapport à des débuts et des fins d’événements de compréhension et de production naturels. Dans les deux expériences, la performance de monitorage s’est avérée inférieure avec production concourante qu’en présence de demandes de compréhension. Nous suggérons, suite à l’analyse d’au moins une importante mesure fonctionnelle – la performance lors de conversations naturelles de tous les jours – que parler est en effet plus demandant que d’écouter. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Wandering minds and wavering goals: Examining the relation between mind wandering and grit in everyday life and the classroom.
    Here we examined the relation between mind wandering and the personality trait of ‘grit.’ Our hypothesis was that because mind wandering leads to a disruption of momentary goal completion, the tendency to mind wander might be inversely related to the completion of long-term goals that require sustained interest and effort (i.e., grittiness). In Study 1 we used online questionnaires and found that in everyday life, the propensity to mind wander was negatively correlated with individuals’ self-reported grittiness. Interestingly, the relation between mind wandering and grit was strongest for unintentional bouts of mind wandering (as compared with intentional mind wandering). We extended these findings in Study 2 by (a) using a more heterogeneous sample of participants, (b) including a measure of conscientiousness, and (c) including another measure of general perseverance. In addition to replicating our findings from Study 1, in Study 2 we found that the grit measure uniquely predicted spontaneous mind wandering over and above a measure of conscientiousness and an alternative measure of general perseverance. Lastly, in Study 3 we extend the relation between mind wandering and grit to the classroom, finding that mind wandering during university lectures was also related to self-reported grittiness. Taken together, we suggest that the propensity to experience brief lapses of attention is associated with the propensity to stick-with and complete long-term goals. We also provide evidence that when predicting mind wandering and inattention, measures of grit are not redundant with existing measure of conscientiousness and general perseverance. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Nous avons par les présentes examiné la relation entre le vagabondage de l’esprit et le trait de personnalité qui consiste à avoir du cran. Notre hypothèse était que puisque le vagabondage de l’esprit entraîne la perturbation momentanée de l’achèvement d’un objectif, la tendance de l’esprit au vagabondage pourrait être inversement liée à l’achèvement de buts à long-terme nécessitant un effort et un intérêt soutenus (c.-à-d. le niveau de cran). Dans l’étude 1, au moyen de questionnaires en ligne, nous avons découvert que dans la vie de tous les jours, la propension au vagabondage de l’esprit était négativement corrélée avec le niveau de cran auto-déclaré par les individus. Fait intéressant, la relation entre le vagabondage de l’esprit et le niveau de cran était à son plus fort lors d’épisodes involontaires de vagabondage de l’esprit (en comparaison avec le vagabondage de l’esprit volontaire). Nous avons appliqué ces observations à l’étude 2 en (a) utilisant un échantillon de participants plus hétérogène, (b) incluant une mesure de conscienciosité et (c) incluant une autre mesure de persévérance générale. En plus de reproduire nos observations de l’étude 1, nous avons découvert grâce à l’étude 2, que la mesure du niveau de cran permettait seulement de prédire le vagabondage de l’esprit spontané au-delà d’une mesure de la conscienciosité et d’une mesure alternative de persévérance générale. Finalement, dans l’étude 3, nous étendons la relation entre le vagabondage de l’esprit et le niveau de cran à la salle de classe, pour enfin constater que le vagabondage de l’esprit pendant les cours universitaires était également lié au niveau de cran auto-déclaré. À la lumière de ces résultats combinés, nous suggérons que la propension à expérimenter de courts laps d’attention est associée à la propension à respecter et à réaliser les objectifs à long-terme. Nous fournissons aussi des preuves à l’effet que les prévisions de vagabondage de l’esprit et d’inattention ne sont pas redondantes avec les mesures existantes de conscienciosité et de persévérance générale. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Coordinating vision and action in natural behaviour: Differences in spatiotemporal coupling in everyday tasks.
    Vision and action are tightly coupled in space and time: for many tasks we must look at the right place at the right time to gather the information that we need to complete our behavioural goals. Vision typically leads action by about 0.5 seconds in many natural tasks. However, the factors that influence this temporal coordination are not well understood, and variations have been found previously between two domestic tasks each with similar constraints: tea making and sandwich making. This study offers a systematic exploration of the factors that govern spatiotemporal coordination of vision and action within complex real-world activities. We found that the temporal coordination eye movements and action differed between tea making and sandwich making. Longer eye–hand latencies, more “look ahead” fixations and more looks to irrelevant objects were found when making tea than when making a sandwich. Contrary to previous suggestions, we found that the requirement to move around the environment did not influence the coordination of vision and action. We conclude that the dynamics of visual behaviour during motor acts are sensitive to the task and specific objects and actions required but not to the spatial demands requiring movement around an environment. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);La vision et l’action sont étroitement liées dans le temps et l’espace : pour bon nombre de tâches, nous devons regarder au bon endroit et au bon moment pour recueillir les informations dont nous avons besoin pour atteindre nos objectifs comportementaux. La vision mène à l’action en plus ou moins 0,5 seconde dans la majorité des tâches que nous effectuons naturellement. Or, les facteurs qui influencent la coordination temporelle ne sont pas bien compris et des variations ont été constatées entre deux tâches domestiques présentant des contraintes similaires : la préparation du thé et la préparation de sandwich. Cette étude propose une exploration systématique des facteurs qui gouvernent la coordination spatio-temporelle de la vision et de l’action lors de la pratique d’activités complexes réelles. Nous avons trouvé que la coordination temporale des mouvements oculaires différait selon que l’on préparait du thé ou des sandwichs. Nous avons noté des latences oeil-main plus longues, un plus haut taux de fixations « vers l’avant » et de regards vers des objets non pertinents lors de la préparation de thé que lors de la préparation de sandwich. Contrairement aux suggestions antérieures, nous avons constaté que le besoin de se déplacer dans un environnement n’influençait pas la coordination de la vision et de l’action. Nous en concluons que la dynamique du comportement visuel durant les actions motrices est sensible à la tâche et aux objets spécifiques et aux actions requises mais pas aux exigences spatiales nécessitant un déplacement dans un environnement. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Safe or out: Does the location of attention affect judgments at first base in baseball?
    Titchener’s law of prior entry states that attended stimuli are perceived before unattended stimuli. Prior entry effects measured with visual stimuli have been generated with both endogenous and exogenous attentional deployment (e.g., by Shore, Spence, & Klein, 2001). In theory, the endogenous form of prior entry may have implications for baseball umpire judgments. Conventionally, umpires are instructed to first attend to the ball when it is hit into play; however, where they attend at the imperative instant of the play at first base can vary between individuals and across scenarios. If the law of prior entry holds in the baseball context, umpires may be biased to make judgments in favour of the imperative event nearest the locus of attention. We tested this hypothesis by having non-umpires make “Safe” or “Out” judgments in response to first base baseball plays wherein the relative arrival times of the runner and baseball were varied. A novel colour wheel method was implemented in an orthogonal task to bias attention endogenously and to measure the effectiveness of this manipulation. Attention was confirmed to be successfully biased to the glove or base by way of improved identification at the likely probe location. However, there was no evidence that prior entry was affecting Safe or Out judgments. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);La loi de l’entrée préalable de Titchener dicte que les stimuli sur lesquels notre attention se concentre sont perçus avant les stimuli sur lesquels notre attention n’est pas concentrée. Les effets de l’entrée préalable, mesurés à l’aide de stimuli visuels, ont été générés via déploiement attentionnel endogène et exogène (par ex., par Shore, Spence, & Klein, 2001). En théorie, la forme endogène de l’entrée préalable pourrait avoir des implications sur les jugements des arbitres au baseball. Règle générale, les arbitres reçoivent comme directives de porter attention à la balle dès qu’elle entre en jeu; or, l’emplacement exact où ces derniers interviennent à l’instant impératif du jeu au premier but peut varier d’un individu à l’autre et d’un scénario à l’autre. Si la loi de l’entrée préalable tient dans le contexte du baseball, les arbitres pourraient être biaisés à effectuer leurs jugements en faveur de l’événement impératif le plus proche de leur centre d’attention. Nous avons testé cette hypothèse en demandant à des non-arbitres de décréter des jugements « Sauf » ou « retiré » à la suite de jeux de baseball sur le premier but où les temps d’arrivée du coureur et de la balle variaient. Une nouvelle méthode à base de roue chromatique a été introduite dans une tâche orthogonale afin de biaiser l’attention de manière endogène et de mesurer l’efficacité de cette manipulation. Il a été confirmé que l’attention était bel et bien biaisée par le gant ou le but grâce à une identification améliorée sur les lieux probables du sondage. Il n’y avait toutefois aucune preuve voulant que la loi de l’entrée préalable affecte les jugements « sauf » ou « retiré ». (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Lifespan changes in attention revisited: Everyday visual search.
    This study compared visual search under everyday conditions among participants across the life span (healthy participants in 4 groups, with average age of 6 years, 8 years, 22 years, and 75 years, and 1 group averaging 73 years with a history of falling). The task involved opening a door and stepping into a room find 1 of 4 everyday objects (apple, golf ball, coffee can, toy penguin) visible on shelves. The background for this study included 2 well-cited laboratory studies that pointed to different cognitive mechanisms underlying each end of the U-shaped pattern of visual search over the life span (Hommel et al., 2004; Trick & Enns, 1998). The results recapitulated some of the main findings of the laboratory study (e.g., a U-shaped function, dissociable factors for maturation and aging), but there were several unique findings. These included large differences in the baseline salience of common objects at different ages, visual eccentricity effects that were unique to aging, and visual field effects that interacted strongly with age. These findings highlight the importance of studying cognitive processes in more natural settings, where factors such as personal relevance, life history, and bodily contributions to cognition (e.g., limb, head, and body movements) are more readily revealed. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Cette étude visait à comparer la recherche visuelle dans des conditions de tous les jours chez des participants pendant toute la durée de vie (4 groupes de participants en santé d’âge moyen respectif de 6 ans, 8 ans, 22 ans et 75 ans et 1 groupe composé de personnes d’âge moyen de 73 ans ayant été victimes de chute). La tâche consistait à ouvrir une porte et à pénétrer dans une pièce afin d’y trouver un parmi quatre objets de tous les jours (une pomme, une balle de golf, une boîte de conserve de café, un jouet pingouin) bien en évidence, sur des tablettes. Cette étude s’appuie sur deux études de laboratoire bien citées soulignant différents mécanismes cognitifs qui sous-tendent chaque extrémité du schéma en forme de U de la recherche visuelle pendant toute la durée de vie (Hommel et al., 2004; Trick & Enns, 1998). Les résultats reprenaient certains des principaux résultats de l’étude de laboratoire (par ex. une fonction en forme de U, des facteurs dissociables de la maturation et du vieillissement), mais on y a tout de même fait plusieurs constats uniques. Ces derniers comprenaient de grandes différences au niveau de l’importance de la ligne de base d’objets courants à des âges variés, des effets d’excentricité visuelle, qui sont caractéristiques de l’âge, et des effets de champs visuels qui interagissaient fortement avec l’âge. Ces constats soulignent l’importance d’étudier les processus cognitifs dans des contextes plus naturels, où des facteurs tels la pertinence sur le plan personnel, l’expérience de vie et les contributions corporelles à la cognition (par ex., les mouvements des jambes, de la tête et du corps) et sont plus aisément dévoilés. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Are fixations in static natural scenes a useful predictor of attention in the real world?
    Research investigating scene perception normally involves laboratory experiments using static images. Much has been learned about how observers look at pictures of the real world and the attentional mechanisms underlying this behaviour. However, the use of static, isolated pictures as a proxy for studying everyday attention in real environments has led to the criticism that such experiments are artificial. We report a new study that tests the extent to which the real world can be reduced to simpler laboratory stimuli. We recorded the gaze of participants walking on a university campus with a mobile eye tracker, and then showed static frames from this walk to new participants, in either a random or sequential order. The aim was to compare the gaze of participants walking in the real environment with fixations on pictures of the same scene. The data show that picture order affects interobserver fixation consistency and changes looking patterns. Critically, while fixations on the static images overlapped significantly with the actual real-world eye movements, they did so no more than a model that assumed a general bias to the centre. Remarkably, a model that simply takes into account where the eyes are normally positioned in the head—independent of what is actually in the scene—does far better than any other model. These data reveal that viewing patterns to static scenes are a relatively poor proxy for predicting real world eye movement behaviour, while raising intriguing possibilities for how to best measure attention in everyday life. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les recherches portant sur la perception de scènes se réalisent généralement lors d’expériences de laboratoire à l’aide d’images statiques. On a beaucoup appris sur la façon qu’ont les observateurs d’étudier les images du monde réel et les mécanismes attentionnels qui sous-tendent ce comportement. Or, l’utilisation d’images statiques et isolées comme moyen pour étudier l’attention de tous les jours en environnement réel a fait l’objet de critiques affirmant que de telles expériences étaient artificielles. Nous faisons état d’une nouvelle étude qui évalue l’ampleur avec laquelle le monde réel peut être réduit à des stimuli de laboratoire plus simples. Nous avons enregistré le regard de participants se promenant sur un campus universitaire à l’aide d’un oculomètre mobile, puis avons montré les images statiques de cette promenade à de nouveaux participants, soit dans un ordre séquentiel ou aléatoire. L’objectif était de comparer le regard de participants se promenant dans l’environnement réel tout en fixant des photos représentant la même scène. Les données montrent que l’ordre des images affecte la constance en termes de fixation entre observateurs et modifie les schémas de regard. De façon critique, tandis que les fixations sur les images statiques se chevauchaient considérablement avec les mouvements oculaires du monde réel, elles ne le faisaient pas plus qu’un modèle supposant un biais général par rapport au centre. De façon remarquable, un modèle qui prend simplement en compte l’emplacement des yeux dans le visage – indépendamment de ce qui se trouve dans la scène – réussit bien mieux que tout autre modèle. Ces données révèlent que les schémas de visualisation des scènes statiques sont un moyen faible pour prédire le comportement des mouvements oculaires du monde réel, tout en mettant en lumière des possibilités fascinantes de mieux mesurer l’attention dans la vie de tous les jours. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source



Back to top


Back to top