PsyResearch
ψ   Psychology Research on the Web   



Couples needed for online psychology research


Help us grow:




Canadian Psychology/Psychologie canadienne - Vol 58, Iss 2

Random Abstract
Quick Journal Finder:
Canadian Psychology The Canadian Psychological Association is partnering with the APA to publish Canadian Psychology. In each quarterly issue, you will find generalist articles in the areas of theory, research, and practice that are of interest to a broad cross-section of psychologists.
Copyright 2017 American Psychological Association
  • Findings all psychologists should know from the new science on subjective well-being.
    Recent decades have seen rapid growth in the science of subjective well-being (SWB), with 14,000 publications a year now broaching the topic. The insights of this growing scholarly literature can be helpful to psychologists working both in research and applied areas. The authors describe 5 sets of recent findings on SWB: (a) the multidimensionality of SWB; (b) circumstances that influence long-term SWB; (c) cultural differences in SWB; (d) the beneficial effects of SWB on health and social relationships; and (e) interventions to increase SWB. In addition, they outline the implications of these findings for the helping professions, organizational psychology, and for researchers. Finally, they describe current developments in national accounts of well-being, which capture the quality of life in societies beyond economic indicators and point toward policies that can enhance societal well-being. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Nous avons assisté lors des dernières décennies à une forte croissance de la science du bien-être subjectif, les publications se chiffrant actuellement à environ 14 000 par année. Les constats dont cette littérature savante grandissante font état peuvent être utiles aux psychologues œuvrant dans les domaines de la psychologie appliquée et de la recherche. Les auteurs y décrivent cinq ensembles de récents constats au sujet du bien-être subjectif : (a) la multidimensionnalité du bien-être subjectif; (b) les circonstances qui influencent le bien-être subjectif; (c) l’impact des différences culturelles sur le bien-être subjectif; (d) les effets bénéfiques du bien-être subjectif sur la santé et les relations sociales; et (e) les interventions visant à augmenter le bien-être subjectif. On y précise également les implications de ces constats pour les professions d’aide, la psychologie organisationnelle et les chercheurs. Finalement, les auteurs y décrivent les développements actuels des témoignages de bien-être, lesquels rendent compte de la qualité de vie dans les sociétés, au-delà des indicateurs économiques, et nous guident vers des politiques visant à augmenter le bien-être de la société. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • “Cool” youth: A systematic review and comprehensive meta-analytic synthesis of data from the Cool Kids family of intervention programs.
    To conduct a meta-analysis to synthesize the available research on the family of studies belonging to the Cool Kids Program, a cognitive–behavioral intervention for anxiety disorders in youth, and evaluate its overall effectiveness in addressing anxious symptomatology. A search of online databases, combined with reference list examination and communication with program implementers/developers, led to the identification of (16) studies that explored the effects of the Cool Kids Program (N = 1579), or its forerunners or extensions. Analyses focused on child- and parent-report of anxiety, with effect sizes aggregated according to a random effects model and calculated as differences between intervention and control groups at posttreatment (standardized mean difference [SMD]) as well as by considering the changes in scores between time points (e.g., standardized mean gain [SMG]). Analyses indicate superior improvement for youth receiving the Cool Kids intervention as compared with controls according to SMD analyses for both child- and parent-report, as well as for SMG analyses according to parent-report, though not according to child self-report despite a nearly identical aggregated effect size; the latter was attributable to greater gains reported by youth in control conditions; secondary analyses also suggest significantly greater improvements in automatic thoughts for Cool Kids participants. This intervention has been implemented in different modalities, holds considerable promise, and in the contemporary context of evidence-based practice, should be considered a program with strong empirical support. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Réaliser une méta-analyse visant à faire le sommaire de la recherche actuelle sur le programme Cool Kids, une intervention cognitivo-comportementale pour les troubles anxieux chez les jeunes, et évaluer son efficacité globale quant à la symptomatologie anxieuse. Une recherche dans les bases de données en ligne, le dépouillement des listes de références et des échanges avec des prestataires et des concepteurs du programme, ont permis de cerner 16 études ayant analysé les effets du programme Cool Kids lui-même (N = 1579), de ses ancêtres et de ses dérivés. Les analyses se sont centrées sur les réponses des enfants et des parents au sujet de l’anxiété, l’ampleur des effets ayant été combinée selon un modèle à effets aléatoires et calculée en tant que différence entre les mesures de post-traitement des groupes ayant eu des interventions et celles des groupes témoins (différence des moyennes standardisées), de même qu’en tenant compte des changements dans les scores entre deux temps de mesure (gain moyen standardisé). Les analyses ont révélé une amélioration supérieure chez les jeunes bénéficiant des interventions du programme Cool Kids, comparativement aux groupes témoins, selon les analyses de la différence des moyennes standardisées, pour les réponses à la fois des enfants et des parents, et selon les analyses du gain moyen standardisé, pour les réponses des parents, mais non pour celles des enfants, en dépit d’une ampleur des effets combinée quasi identique; cette différence était attribuable à de plus grands gains rapportés par les jeunes de groupes témoins; des analyses secondaires suggèrent également une amélioration supérieure sur le plan des pensées automatiques parmi les participants au programme. Cette intervention a été mise en vigueur selon différentes formules, elle est prometteuse et, dans le contexte actuel de la pratique axée sur les preuves, elle peut être perçue comme ayant une solide base empirique. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Prevalence and correlates of depression in Canada: Findings from the Canadian Community Health Survey.
    Major depressive disorder (MDD) has a profound effect not only on mental health, but on all aspects of life, including employment, social functioning, and physical well-being. Depression has been associated with individual difference variables such as sex, social support, and negative childhood experiences. Other correlates of MDD include: suicidal ideation and action, distress, positive mental health and life satisfaction (both negative). Although extensive research has been done on the prevalence rate and correlates of depression, representative samples are not used often. The current study utilized data from the Canadian Community Health Survey–Mental Health (CCHS-MH) focus content cycle 2012, which contains a representative sample of the Canadian population. The main goal of this study was to explore prevalence rates and correlates of depression for the Canadian population. Having a representative sample from the CCHS-MH allows for more accurate inferences to be made about the population of Canada. The 12 months’ prevalence rate of MDD in Canada was found to be 4.7%, and the lifetime prevalence rate was found to be 11.2%. There exists a sex difference in the prevalence rates of MDD, with females being almost twice as likely to experience MDD during their lifetime compared to males (OR = 1.8). The relationship between MDD and suicide ideation, social support, negative childhood experiences, and other correlates are also discussed in detail. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les troubles dépressifs majeurs (TDM) ont de profondes répercussions non seulement sur la santé mentale mais sur tous les aspects de la vie, y compris l’emploi, le fonctionnement social et le bien-être physique. La dépression a été associée à des variables individuelles différentes telles que le sexe, le soutien social et les expériences d’enfance négatives. D’autres corrélats de TDM comprennent : l’idéation et l’action suicidaire, la détresse, la santé mentale positive et la satisfaction de vivre (les deux étant négatives). Bien que de nombreuses recherches ont été faites sur les taux de prévalence et corrélats de la dépression, l’utilisation d’échantillons représentatifs est peu fréquente. L’étude actuelle a utilisé les données du contenu du cycle 2012 de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes - Santé mentale (ESCC-SM), lequel comprend un échantillon représentatif de la population canadienne. Le principal but de cette étude consistait à explorer les taux de prévalence et corrélats de dépression dans la population canadienne. L’accès à un échantillon représentatif de l’ESCC-SM permet d’effectuer des inférences plus exactes au sujet de la population canadienne. Le taux de prévalence annuel des TDM au Canada a été évalué à 4,7 % et le taux de prévalence au cours de la vie a été évalué à 11,2 %. Il y a une différence des taux de prévalence de TDM entre les sexes, les femmes étant deux fois plus susceptibles que les hommes de souffrir de TDM au cours de leur vie. La relation entre les TDM et l’idéation suicidaire, le soutien social, les expériences d’enfance négatives et d’autres corrélats sont également abordés en détail. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Systematic review of comorbidity between DSM disorders and depression according to age and sex in youth.
    Unipolar depression is often comorbid with other psychiatric disorders in youth, particularly with anxiety and disruptive disorders. Previous literature reviews suggested that patterns of comorbidity differed by age and sex. However, most authors from previous published reviews did not specifically target age and sex as a priori criteria in selecting studies on comorbidity during adolescence. Moreover, these reviews did not consider potentially important methodological issues that might explain inconsistencies in comorbidity rates across studies. In our literature review, we selected empirical studies published within the last 15 years with the aim of targeting age and sex as principal variables associated with heterotypic comorbidity of either anxiety or disruptive disorders and depression. Additionally, relevant methodological aspects that were not considered systematically in previous reviews were taken into account in the presentation of results (e.g., type of instrument, informant assessing youth’s mental disorders). In the present review, a total of 29 cross-sectional and longitudinal studies met the following selection criteria in their research design: (a) structured or semistructured instruments assessing anxiety, disruptive, and depressive disorders; and (b) samples of adolescents aged at least 12 years. Our review highlights inconsistent results across clinical and community studies regarding age- and sex-related patterns of comorbidity. However, some studies indicated the presence of high comorbidity rates between either anxiety or disruptive disorders and depression in adolescent girls. This review suggests that the complexity of the comorbidity phenomenon precludes definitive conclusions about its variations according to age and sex. Implications for prevention, treatment, and future research are discussed. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);La dépression unipolaire se présente souvent en comorbidité avec d’autres troubles psychiatriques chez les jeunes, particulièrement les troubles anxieux et disruptifs. Les recensions d’études antérieures suggèrent que les types de comorbidité varient selon l’âge et le sexe. Or, la majorité des auteurs de ces recensions n’ont pas spécifiquement ciblé l’âge ou le sexe comme critères a priori dans la sélection d’études sur la comorbidité chez les adolescents. De plus, ces recensions n’ont pas tenu compte de certains aspects méthodologiques potentiellement importants pour expliquer les incohérences au niveau des taux de comorbidité entre les études. Dans notre recension de la littérature, les études empiriques publiées au cours des 15 dernières années ont été sélectionnées en ciblant l’âge et le sexe comme principales variables associées à la comorbidité hétérotypique entre les troubles anxieux ou disruptifs et la dépression. Par ailleurs, les aspects méthodologiques pertinents qui n’étaient pas systématiquement considérés dans les recensions antérieures ont été pris en compte dans la présentation des résultats (par ex., le type d’instrument utilisé, l’informateur évaluant les troubles mentaux du jeune). Dans cette recension, un total de 29 études transversales et longitudinales a répondu aux critères de sélection suivants relatifs au devis de recherche : (a) instruments structurés ou semistructurés évaluant les troubles anxieux, disruptifs et dépressifs ; (b) échantillons d’adolescents âgés d’au moins 12 ans. Notre recension révèle des résultats contradictoires entre les différentes études effectuées en clinique et dans la communauté concernant les types de comorbidité liés à l’âge et au sexe. Toutefois, certaines études indiquent la présence de taux élevés de comorbidité entre les troubles anxieux ou disruptifs et la dépression chez les filles adolescentes. Cette recension suggère que la complexité du phénomène de la comorbidité limite la possibilité de conclure, d’une façon définitive, sur ses variations selon l’âge et le sexe. Les implications pour la prévention, le traitement et les recherches futures y sont discutées. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Reporting practices and use of quantitative methods in Canadian journal articles in psychology.
    With recent focus on the state of research in psychology, it is essential to assess the nature of the statistical methods and analyses used and reported by psychological researchers. To that end, we investigated the prevalence of different statistical procedures and the nature of statistical reporting practices in recent articles from the 4 major Canadian psychology journals. The majority of authors evaluated their research hypotheses through the use of analysis of variance, t tests, and multiple regression. Multivariate approaches were less common. Null hypothesis significance testing remains a popular strategy, but the majority of authors reported a standardized or unstandardized effect size measure alongside their significance test results. Confidence intervals on effect sizes were infrequently employed. Many authors provided minimal details about their statistical analyses and less than a third of the articles presented on data complications such as missing data and violations of statistical assumptions. Strengths of and areas needing improvement for reporting quantitative results are highlighted. The article concludes with recommendations for how researchers and reviewers can improve comprehension and transparency in statistical reporting. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Étant donné l’attention accordée récemment à la situation de la recherche en psychologie, il est essentiel d’évaluer la nature des méthodes qui sont utilisées et des analyses statistiques qui sont présentées par les chercheurs en psychologie. À cette fin, nous avons cherché à établir la prévalence des différentes procédures statistiques et à déterminer la nature des données statistiques présentées dans les articles publiés récemment dans les quatre principales revues de psychologie au Canada. La majorité des auteurs ont évalué leurs hypothèses au moyen d’analyses de la variance, de tests t et de régressions multiples. Les approches à variables multiples étaient moins courantes. Le test d’hypothèse nulle demeure une stratégie populaire, mais la majorité des auteurs ont alors indiqué l’ampleur de l’effet normalisée ou non normalisée avec les résultats du test d’hypothèse. L’intervalle de confiance sur l’ampleur de l’effet n’est pas souvent utilisé. Nombre d’auteurs ont fourni très peu de détails au sujet de leurs analyses statistiques, et moins du tiers des articles présentaient les lacunes relatives aux données, telles que les données manquantes et les irrégularités relatives aux hypothèses statistiques. Tant les forces que les domaines à améliorer dans la communication des résultats quantitatifs sont mis en relief. L’article se termine par des recommandations sur les façons dont les chercheurs et les relecteurs peuvent améliorer la compréhension et la transparence des statistiques. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Predictors of student satisfaction in a large psychology undergraduate program.
    Psychology is one of the most popular undergraduate majors in North America, yet few studies have examined psychology majors’ views of their degree program. The purpose of the present study was to identify the factors that contribute to students’ satisfaction with their psychology degree. The participants were psychology majors (N = 237) graduating from a large Canadian undergraduate program. Three cohorts of graduating students (classes of 2013, 2014, and 2015) completed a comprehensive exit survey. Multiple regression analyses indicated that key predictors of students’ satisfaction with their degree program included the quality of teaching in lectures, level of academic challenge, and opportunities for research experience. Additional analyses showed that students with a research thesis requirement reported significantly higher satisfaction than students in a conventional course-based major. These and other findings lead to several recommendations for increasing students’ satisfaction in psychology undergraduate programs. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);La psychologie est l’un des programmes d’études de premier cycle les plus populaires en Amérique du Nord. Pourtant, très peu d’études se sont penchées sur l’opinion des diplômés au sujet de leur programme. L’objectif de la présente étude était de déterminer les facteurs qui contribuent à la satisfaction des étudiants envers leur diplôme en psychologie. Les participants étaient des personnes ayant obtenu un baccalauréat spécialisé en psychologie (N = 237) dans une grande université canadienne. Trois cohortes (ayant terminé en 2013, 2014 et 2015) ont répondu à un questionnaire d’enquête de sortie exhaustif. Des analyses de régressions multiples ont permis de déterminer les principales variables prédictives de la satisfaction des étudiants à l’égard du programme d’études, tels la qualité de l’enseignement, le niveau du défi intellectuel et les possibilités de travaux de recherche. Des analyses additionnelles ont révélé que les étudiants devant soumettre un mémoire de recherche ont rapporté un niveau de satisfaction significativement plus élevé que eux qui ont suivi un programme composé uniquement de cours. Ces résultats ainsi que d’autres mènent à plusieurs recommandations visant à accroître la satisfaction des étudiants des programmes de premier cycle en psychologie. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Campus mental health policies across Canadian regions: Need for a national comprehensive strategy.
    Mental health issues are of growing concern on postsecondary campuses. Creating institutional policies targeting student mental health contributes to creating a supportive campus environment and is a major contributor to campus mental health. This study evaluated the current state of campus mental health policies at Canadian postsecondary institutions and compared them across regions. Policy-specific questions were extracted from a 54-item online survey of campus mental health and completed by respondents (mainly mental health frontline workers dealing directly with students) from Canada’s publicly funded postsecondary institutions. Data were analyzed in the aggregate and according to provinces/regions (British Columbia, Alberta, Saskatchewan and Manitoba, Ontario, Quebec, Atlantic Provinces [New Brunswick, Nova Scotia, Prince Edward Island, and Newfoundland], and Territories [Yukon, Northwest Territories, and Nunavut]). One hundred sixty-eight out of 180 institutions were represented (response rate, 96%; 274 respondents). In all geographic regions, Canadian postsecondary institutions were lacking in policies regarding mental health research, initiatives, and program evaluation. Ontario emerged as one of the national leaders in programs addressing suicide threat. In conclusion, this study is the first of its kind to compare mental health policy at postsecondary institutions across Canadian regions. Despite work in several jurisdictions, there is still a need for comprehensive strategies and policies that are inclusive of campus mental health. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les problèmes de santé mentale constituent une préoccupation grandissante sur les campus d’établissements postsecondaires. L’établissement de politiques institutionnelles ciblant la santé mentale de la population étudiante contribue à la création d’un environnement favorable et, de façon déterminante, au bien-être mental sur le campus. Cette étude évalue l’état actuel des politiques relatives à la santé mentale dans les établissements postsecondaires du Canada et compare les résultats des diverses régions. Des questions sur de telles politiques ont été extraites d’un questionnaire de 54 items posté en ligne portant sur la santé mentale sur les campus. Y ont répondu des participants provenant d’établissements postsecondaires financés par les deniers publics, principalement des travailleurs en santé mentale de première ligne traitant directement avec les étudiants. Les données ont été analysées dans leur ensemble ainsi que par province et région (Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan et Manitoba, Ontario, Québec, provinces de l’Atlantique [Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve], et les territoires [Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut]). Sur 180 établissements, 168 étaient représentés (taux de réponse, 96 %; 274 répondants). Dans toutes les régions géographiques, les établissements d’enseignement postsecondaire présentaient un manque de politiques concernant la recherche, les initiatives et l’évaluation de programmes en santé mentale. L’Ontario est l’un des leaders nationaux sur le plan des programmes traitant des risques de suicide. En conclusion, cette étude est la première en son genre à comparer les politiques de santé mentale parmi les établissements postsecondaires des diverses régions du Canada. Malgré le travail accompli dans plusieurs régions, il y a un manque de stratégies et de politiques exhaustives qui tiennent compte de la santé mentale sur les campus. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Canadian psychology department participant pools: Closing for the season?
    Participant pools have long served the needs of researchers at Canadian universities seeking easy access to participants. In providing this service, participant pools overcame substantial criticism pertaining to psychology’s overreliance on undergraduate students as research participants. Participant pools now face new and more challenging threats: changing student demographics, declining motivation by students to participate in research, perceiving research participation as coercive, questioning of the educational value of participation, and increasingly popular alternatives to participant pool recruitment. We argue participant pools are worth preserving for the benefit of students at all levels and because participant pools have substantial value to the research enterprise. We regard the key to preserving pools is to highlight and fortify their educational value, and we offer concrete suggestions as to how participant pools housed in Canadian psychology departments can be strengthened. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les bassins de participants ont longtemps comblé, avec facilité, les besoins de certains chercheurs dans les universités canadiennes. En fournissant ce service, ils ont surmonté d’importantes critiques au sujet de la trop grande dépendance de la psychologie sur des étudiants de premier cycle en tant que sujets de recherches. Les bassins de participants font maintenant l’objet de nouvelles menaces des plus sérieuses : modification démographique du corps étudiant, baisse de l’intérêt des étudiants à participer aux recherches, coercition perçue dans la participation à la recherche, doutes au sujet de la valeur éducative de la participation et solutions de rechange de plus en plus populaires pour recruter des participants. Nous faisons valoir qu’il vaut la peine de préserver les bassins de participants d’une part, parce qu’ils profitent aux étudiants de tous les niveaux, et d’autre part, parce que les bassins ont une valeur importante pour la recherche. Nous avançons que la façon de préserver les bassins est de mettre en valeur et de renforcer leur valeur éducative. Nous suggérons des moyens concrets de consolider les bassins de participants dans les départements de psychologie des universités canadiennes. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • Ethical issues in psychosocial assessment for sex reassignment surgery in Canada.
    Transgender individuals often pursue sex reassignment surgery to reduce the distress that results from a mismatched physical appearance and gender identity. Depending on the specific procedure, 29%–93% of transgender individuals desire some form of surgery. Sex reassignment surgery as a therapeutic intervention is controversial, as it entails the alteration or removal of healthy tissue. Due to the many considerations regarding best practices for working with transgender individuals, the World Professional Association for Transgender Health regularly publishes standards of care. Current international standards for the receipt of sex reassignment surgery require that 1 to 2 letters of recommendation be provided by a mental health professional following a comprehensive psychosocial assessment. This document outlines ethical considerations pertaining to the psychosocial assessment of suitability for sex reassignment surgery, as they relate to the ethical principles that guide the profession of psychology in Canada. Suggestions are also made that are relevant to assessments that occur within the context of an interdisciplinary team and to practitioners within other jurisdictions. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les personnes transgenres ont souvent recours à des chirurgies de réattribution sexuelle afin de réduire le stress associé à une discordance entre l’apparence physique et l’identité sexuelle. Selon la procédure spécifique, entre 29 et 93 % des personnes transgenres désirent une forme ou autre de chirurgie. La chirurgie de réattribution sexuelle comme intervention thérapeutique est matière à controverse étant donné qu’elle implique l’altération ou le retrait de tissus sains. Étant donné les nombreuses considérations concernant les meilleures pratiques de travail avec les personnes transgenres, la World Professional Association for Transgender Health publie des normes de soins sur une base régulière. Les normes internationales actuelles relatives à la chirurgie de réattribution sexuelle exigent la rédaction d’une ou deux lettres de recommandation par un professionnel de la santé mentale suite à un examen psychosocial complet. Le présent document met en lumière les considérations relatives à l’examen psychosocial évaluant l’adaptabilité à une chirurgie de réattribution sexuelle, conformément aux principes éthiques qui guident l’exercice de la psychologie au Canada. On y apporte aussi des suggestions pouvant être pertinentes pour les évaluations faites dans le contexte d’une équipe interdisciplinaire et pour les praticiens œuvrant dans d’autres juridictions. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • The scope, focus and types of gambling policies among Canadian colleges and universities.
    Investigators have observed that college-age students have the highest prevalence rates of problem gambling among adults. Problem/disordered gambling has been associated with increased risks for personal, social, academic, behavioural, and criminal problems. From a prevention perspective, previous studies have suggested that prohibitive college gambling policies might help to decrease wide numbers of risky behaviours, including gambling behaviours among college students. Although some studies have examined the epidemiology of college gambling policies in the United States, this has not yet been done in Canada. Thus, the current study constitutes the first Canadian assessment of college gambling policies. Data were collected from 97 English and French colleges/universities across Canada. We adapted Shaffer et al.’s (2005) 15-item measure assessing the prevalence and focus of gambling policy within student nonacademic policy manuals and student residence regulations to identify gambling-related policies. Analyses revealed that 31 (32%) Canadian colleges/universities have some sort of gambling policy, with most policies (23 of 31) being restricted to student residences. The limited prevalence of college gambling-related policies suggests that Canadian colleges and universities underestimate the important role that gambling policy can play in influencing students’ gambling behaviour. The present research informs and encourages colleges and universities to develop appropriate gambling-related policies. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Les chercheurs ont observé que les étudiants d’âge collégial avaient les taux de prévalence de jeu compulsif les plus élevés parmi la population adulte. Le jeu compulsif/excessif a été associé à un risque accru de problèmes de titre personnel, social, académique, comportemental et criminel. D’un point de vue prévention, les études antérieures ont suggéré que la mise en place de politiques d’interdiction de jeu dans les collèges pouvait aider à réduire bon nombre de comportements risqués, dont les comportements de jeu parmi les étudiants collégiens. Bien que certaines études aient examiné l’épidémiologie de politiques de jeu dans les collèges aux États-Unis, cela n’a pas eu lieu au Canada. La présente étude constitue ainsi la toute première évaluation effectuée au Canada sur les politiques de jeu dans les collèges. Les données ont été recueillies auprès de 97 collèges/universités de langues française et anglaise à travers le Canada. Nous avons adapté la mesure à 15 items de Shaffer et al.’s (2005) qui évalue la prévalence et la finalité de la politique de jeu dans les manuels de politique non-académiques et les règlements des résidences étudiantes afin d’identifier les politiques liées au jeu. Les analyses ont révélé que 31 collèges/universités canadiens (32 %) ont une politique ou une autre en matière de jeu, lesquelles sont limitées aux résidences étudiantes dans la majorité des cas (23 sur 31). La prévalence limitée des politiques liées au jeu dans les collèges suggèrent que les collèges et universités canadiens sous-estiment le rôle important que peut jouer une politique sur le comportement de jeu des étudiants. Les présentes recherches informent et encouragent les collèges et universités à élaborer des politiques appropriées par rapport au jeu. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source

  • What can we expect of the mental health and well-being of Syrian refugee children and adolescents in Canada?
    Canada has accepted over 35,000 Syrian refugees since November 2015; just under half of these refugees are under the age of 15 (Government of Canada, 2016; United Nations High Commissioner for Refugees, 2016). This paper reviews the current literature on the pre- and postarrival mental health of refugee children and adolescents to determine (a) whether children and adolescents are liable to be suffering from serious mental health difficulties relating to prearrival trauma that will hamper their future well-being and integration into Canadian society and (b) how the well-being of young refugees in Canada can best be promoted. We particularly focus on how postmigration factors may impact the mental health of child and adolescent refugees. This review has implications for both policy and practice, with a need to concentrate services on those young people who are most vulnerable. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved);Le Canada a accueilli plus de 35 000 réfugiés syriens depuis novembre 2015. Un peu moins de la moitié d’entre eux ont moins de 15 ans (Gouvernement du Canada, 2016; Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, 2016). Cet article examine la documentation actuelle sur la santé mentale des enfants et des adolescents réfugiés, avant et après leur arrivée, en vue de déterminer : a) si ces jeunes présentent des risques de souffrir de sérieux problèmes mentaux en raison de traumatismes vécus avant leur arrivée, qui nuiront à leur bien-être futur et à leur intégration dans la société canadienne; b) la meilleure façon de favoriser le bien-être des jeunes réfugiés au Canada. Nous nous attardons en particulier sur la façon dont les facteurs post-émigration peuvent influer sur la santé mentale des enfants et des adolescents réfugiés. Cette revue a des répercussions sur la réglementation et la pratique, et met en relief le besoin de concentrer les services offerts sur les jeunes les plus vulnérables. (PsycINFO Database Record (c) 2017 APA, all rights reserved)
    Citation link to source



Back to top


Back to top